Le lieu de consultation

On ne se rend pas toujours compte des divers facteurs qui aident au processus thérapeutique, pourtant ils sont multiples. En voici quelques uns :

  1. L’alliance thérapeutique : on ne choisi pas son thérapeute par « HASARD ». Que ce soit conscient et/ou inconscient, nous choisissons souvent quelqu’un qui nous permettra d’avancer, de progresser, sur un chemin nous amenant à plus de satisfaction personnelle, plus de joie et de bonheur. L’alliance thérapeutique, c’est ce qui se passe lors d’une consultation et qui n’est pas réellement « mesurable ». C’est cet « entre deux » qui peut être agréable et confortable ou pas si « ça » ne convient pas. Lorsque l’alliance thérapeutique (ou « la rencontre ») se met en place, elle a un impact considérable dans le processus de guérison. C’est ce qui fait qu’on se sent en confiance, ce qui nous permettra d’avancer sur notre chemin.
  2. La motivation intrinsèque : prendre soin de soi, avancer sur le chemin du bien-être, c’est une démarche qui n’est pas toujours simple. Avancer, ça fait peur, c’est inconfortable, … dans un premier temps. Cela nous mène à du soulagement, de la compréhension et de l’épanouissement… dans un second temps. Heureusement, la zone d’inconfort ne dure pas et il n’y a pas de retour en arrière. Avancer, c’est oser… cela demande une implication de soi, de son être.
  3. Le lieu de consultation : qui a envie de se laisser aller dans un lieu qui ne l’inspire pas? Personne. Chaque endroit, chaque pièce dégage une énergie (cfr. Feng Shui), vibre à sa façon. Le lieu fait également partie de la thérapie. Le lieu permettra à l’alliance thérapeutique de se mettre en place, à la motivation intrinsèque de se développer, à l’individu de lâcher prise… Le lieu dégage une énergie qui vibre, c’est-à-dire qui résonne dans et avec l’être.

« Le lien donne du sens » : c’est à travers ces différents facteurs, liés les uns aux autres, que nous avançons dans la thérapie, vers ce qui fait sens pour nous et nous amène à l’épanouissement.

Le corps comme moyen de communication
Un moment de partage, de compréhension de ses besoins

Mr l’éléphant qui accompagne les enfants:)!

Bonne année 2020!

Pour 2020, je vous souhaite à tous de beaux moments, à vivre et à partager. Je vous souhaite de découvrir des choses sur vous, les autres, ce qui est “entre” vous et les autres : vos émotions, vos ressentis, votre histoire de vie, … et d’en faire quelque chose d’agréable pour vous. Je vous souhaite une prise de conscience de vos capacités, de ce que vous aimez, de ce qui vous donne envie d’avancer. Je vous souhaite de prendre soin de vous. Je vous souhaite de vous sentir libre de vos choix, de vos actions. Je vous souhaite de rêver, de vous laisser aller, de profiter de ce que la vie nous offre chaque jour. Je vous souhaite de vous aimer pour ce que vous êtes, de vous faire confiance. Je vous souhaite de ne pas vous mettre trop de pression et de prendre de la distance en vous recentrant sur vos besoins essentiels d’amour, de sécurité, de partage, de connexion, de calme, de paix, de joie, etc… Si vous avez envie d’un coup de pouce pour démarrer 2020 en beauté, les ateliers « Bye Bye Mr Stress » pourront vous aider. Il y a encore une place pour ce lundi 6/01 : on y prend soin de soi, on apprend des techniques pour passer un mois serein, on refait le plein d’énergie, on se pose un instant… que du bonheur!Bonne année, bonne santé, bon amusement!

Le 3 janvier 2020.

C’est la rentrééééééeeeeee !!!

« Youpie, c’est la rentrée !», « Maman, elle sera comment ma classe ? Et ma Maîtresse/Juf ? », « Papa, maman, je n’ai pas envie d’aller à l’école », « j’ai mal au ventre », « Chouette, je vais retrouver mon amie Lucie », « Maman, tu crois que les autres enfants seront gentils avec moi ? », « Et on devra parler devant toute la classe ? », « Je serai placé tout devant ? », « Super, on va bien rigoler », « J’espère que ça va aller cette année… », « Maman, tu auras le temps de me préparer mes tartines ? », « Je ne sais pas si je vais réussir les calculs », « Papa, c’est quoi l’école ? », …

La rentrée, c’est un tas de questionnements et surtout un grand chamboulement émotionnel pour nos petits et grands. C’est aussi un changement et qui dit changement, dit… STRESS. Le stress n’est pas toujours négatif sauf quand il se répète et se prolonge dans le temps, alors il peut être dévastateur ! Certains enfants sont ravis de retourner à l’école, de retrouver leurs amis et l’environnement scolaire, d’autres sont très anxieux et cela pour une tonne de raisons valables.

Voici 5 petits conseils pour aborder la rentrée de vos enfants sereinement :

1. C’est votre enfant qui rentre à l’école, pas vous :). Essayez comme vous le pouvez de prendre du recul face à vos propres angoisses, afin que votre enfant sente que c’est « ok » pour vous.

2. Préparez-le. Parlez-en avec lui pour qu’il puisse exprimer son ressenti et que vous sachiez ce que c’est pour lui que de rentrer à l’école. Avec ces informations, vous parviendrez à mieux soutenir votre enfant qui se sentira écouté et accompagné.

3. Votre enfant est-il agité ? C’est normal ! Non seulement il subit un changement, une modification dans son quotidien mais il est à nouveau hyper stimulé et il est fort probable que son cerveau ait besoin d’un temps d’adaptation. Avant de dormir, faites un peu de relaxation et/ou des exercices de respiration pour que l’activité de ses neurones se calme.

4. Faites confiance à vos enfants et faites-vous confiance. Suivez votre instinct, pas votre mental. Les mots et le corps ne mentent pas, observez le comportement de votre enfant pour le guider au mieux.

5. C’est la cata ? N’attendez pas la fin de l’année, faites-vous aider. Le stress nuit non seulement aux facultés d’apprentissage (concentration, attention, mémoire, …) mais à la confiance et l’estime de soi. Un enfant qui ne s’épanouit pas à l’école a besoin d’aide : psychologues, logopèdes, kinésiologues, coach, etc… il y a des tonnes de praticiens paramédicaux qui peuvent l’aider à gérer son stress (et le vôtre), à lui donner des outils pour reprendre confiance en lui, pour mieux se connaître, pour être plus performant, et surtout pour être sur la bonne voie, la sienne.

Le 31 août 2018.

Extrait du livre de Nassrine Reza, La Nutri-émotion

Voici un extrait du livre de Nassrine Reza, “La Nutri-Emotion, Une nouvelle voie de guérison et d’épanouissement”, qui m’inspire beaucoup pour le moment. Elle explique en de très bons mots les processus du mental face au stress et l’importance de libérer les blocages émotionnels pour l’épanouissement du corps et de l’esprit.

“Vous n’avez certes pas choisi de vous sentir mal ou de vivre une situation traumatisante et vous êtes encore moins responsable des informations contenues dans le mental subconscient, puisque sa plus grande partie appartient à vos deux lignées parentales. Mais lorsque vous repensez à un épisode qui a été difficile à vivre et que vous investissez votre énergie à l’élaboration d’hypothèses, votre corps se retrouve dans l’état de stress auquel il était réellement confronté dans votre passé. À ce point, un problème s’érige: tout stress physique et psychique n’est autre que le reflet d’une peur, laquelle se manifeste et libère de l’adrénaline. Cette dernière a la propriété d’aller chercher l’énergie nécessaire dans le corps afin de vous aider à affronter l’angoisse. Dans votre mécanisme mental, la majorité des peurs ne sont pas réelles, car elles découlent soit de souvenirs passés, soit de l’élaboration d’un futur illusoire, mais elles n’ont jamais de lien direct avec votre moment présent. Puisque cette énergie reflète à cet instant un état imaginaire elle n’est pas utilisée physiquement et donc reste “bloquée” dans votre corps, affectant ainsi tout votre système de rééquilibrage intérieur.” C’est à ce niveau qu’intervient la Kinésiologie, grâce au test musculaire, vous pouvez retrouver ces blocages dans le subconscient, mettre des mots dessus, libérer la charge émotionnelle négative et vous permettre d’aller de l’avant.

Le 30 avril 2019.

“Cet automne, je choisis de briller!”

Le début de l’automne est souvent difficile à vivre et pour cause : fini l’été, fini les vacances, le soleil se fait la malle, les feuilles tombent, c’est la tempête, il commence à faire froid, le stress du boulot est à nouveau hyper présent, le train train quotidien a repris … bref, pas évident de s’y retrouver et c’est souvent … LA DEPRIME!–>Gardons la tête haute et voyons de plus près ce que l’automne peut nous apporter : L’automne, c’est la chute des feuilles mais c’est aussi une mine d’or de coloris incroyables.C’est une période pendant laquelle on se replie un peu sur soi mais ça permet à notre corps et notre esprit de se reposer et de faire des réserves pour mieux revenir ensuite. Profitons-en pour se poser, se concentrer sur soi, réinvestir sa “bulle”. Cela peut nous amener à nous questionner : “est-ce que les aspects de ma vie sont en déséquilibres? En équilibre? Ai-je le sentiment que les fruits récoltés sont bons ou ne sont-ils pas (assez) à mon goût? Que puis-je faire comme nouveau(x) choix pour plus de satisfaction personnelle? La chute des feuilles est en parfaite harmonie avec la chute des … Cheveux ! Et une peau sèche… ou pas! Le moment idéal pour prendre soin de soi : massage peau/crâne, coiffeur, produits naturels apaisants et dynamisants… autorisés :).

“Cet automne, je choisis de … BRILLER!”Autorisez-vous à briller, à être fier de vous, de ce que vous accomplissez et/ou avez accompli. En médecine chinoise, la saison automnale est reliée à l’élément métal. La question sous-jacente est : est-ce que je brille comme je le souhaite? Est-ce que je me sens éteinte? De quoi ai-je besoin pour plus de brillance intérieure et extérieure? “Prenez de la hauteur!”

–>Petit exercice à faire à la maison : imiter l’aigle ! Fermez les yeux, visualiser vous en train de voler et de prendre de la hauteur, comme un aigle. Observez ce qu’il y a en dessous de vous, essayez d’avoir une vue d’ensemble, décrivez ce que vous observez et ce que vous ressentez (l’ensemble et les détails). Prenez de la distance par rapport aux aspects de votre vie ou une situation en particulier. L’aigle représente l’esprit, l’intelligence, la vigilance, l’aisance, la vue d’ensemble…Tout cela à votre rythme, en douceur, avec bienveillance, et comme vous le souhaitez!

Le 3 octobre 2019.

Ma méthode

Ma méthode

“Mais, elle fait quoi ta kinésio?”

“Euh… des trucs sur le corps, elle me parle de mes émotions, de dates où il m’est arrivé quelque chose, … et c’est juste, c’est dingue!”

“Et comment elle fait?”

“Ben, je sais pas trop, … mais je me sens bien depuis…”

Par cet article, je voudrais vous expliquer ma méthode de travail en tant que kinésiologue et ceci, pour plusieurs raisons : j’aime que les choses soient claires, j’aime expliquer, informer, sensibiliser. La kinésiologie est encore vue comme mystique pour beaucoup de monde et j’accorde une importance particulière à ce qu’elle soit une pratique plus claire et compréhensive. Je travaille principalement en One Brain (Three in One Concept), qui est une des branches clés de la kinésiologie spécialisée impliquant une vision tri-dimensionnelle de l’être humain, avec une intégration du corps, du mental et de l’esprit. Cette méthode a été mise au point par Gordon Stokes, Daniel Witheside et Candice Callaway, en 1985. Elle consiste à développer la conscience de soi. “Plus je me connais, plus je peux faire les bons choix”. Elle met en évidence des liens entre nos comportements dans le présent et les situations similaires vécues dans le passé, sources de stress et de souffrance afin de reprendre possession de son individualité, de son libre arbitre. Pour parvenir à identifier ces schémas, j’utilise l’écoute, l’observation du corps, de ce qu’il exprime, le test musculaire mais avant tout, je suis en complète empathie avec vous dans un langage plus subtil qu’est le langage du coeur.

En début de séance, j’identifie avec vous la source de votre stress, de vos difficultés actuelles, votre envie de changement, votre motivation et nous établissons un objectif pour la séance. Toute la séance se déroule autour de cet objectif.

Le test musculaire permet d’accéder au langage de l’inconscient, du corps et de l’esprit, de ce qui a de plus essentiel pour vous. C’est la clé pour sortir de vos souffrances émotionnelles, physiques et/ou mentales pour un bien-être de longue durée.

“Le test musculaire ?” , “What???”

Lorsqu’on vit un stress émotionnel (pensez à une mauvaise nouvelle par exemple), les muscles ont tendance à être mous, lourds, nous avons la sensation de ne pas avoir beaucoup de force. Lorsque tout va bien (pensez à quelque chose d’agréable), les muscles ont tendance à être toniques, on est en forme, on se met facilement en mouvement. Lors d’une séance, je pose des questions reliées à l’objectif et je teste la réaction d’un muscle (le deltoïde antérieur) permettant le mouvement de vos bras d’avant en arrière, d’arrière en avant. La réponse musculaire nous indique s’il y a un stress ou pas. Lorsque le muscle se relâche c’est qu’il y a un stress, lorsqu’il tient bien c’est qu’il n’y a pas de stress. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Le test musculaire nous permet simplement d’aller dans le bonne direction, celle dont votre corps a besoin pour aller mieux.

Ceci permet de suivre le chemin de l’inconscient, d’aller à l’endroit où l’émotion a créé un blocage dans le corps. Ensuite, je vous aide à libérer les émotions bloquées en utilisant le baromètre du comportement qui permet une mise en mot de vos ressentis et par des techniques dites de “libération émotionnelle”. Le test musculaire indique également ce dont vous avez besoin pour libérer le stress émotionnel vécu et vous permettre de vous décharger, d’aller de l’avant, d’avancer vers vos objectifs de vie et d’être libre. Ces techniques (il y en a une “petite” centaine!) peuvent être : une visualisation mentale, un travail avec les couleurs, un toucher sur des points d’acupression, la verbalisation d’un ressenti, des mouvements oculaires, la lecture d’un texte relié à votre objectif, l’utilisation des fleurs de bach, la visualisation de cartes, de symboles, un mouvement corporel précis, la stimulation d’une zone sur le corps, etc. Chaque technique de libération émotionnelle relie le corps physique, l’émotionnel, le mental et l’énergétique. C’est grâce, entre autre, à ce travail en profondeur sur le corps et l’esprit et à la précision de la kinésiologie que les effets sont si positifs.

La séance se clôture par la vérification que l’objectif n’est plus source de stress, la mise en évidence des liens entre la situation actuelle (émotions, ressentis, comportements) et le vécu passé ainsi qu’une réflexion autour d’une nouvelle dynamique positive à mettre en place.

"En bougeant, nous faisons bouger nos neurones"

La feuille attachée au tronc de l’arbre pousse et se développe. Sécurisée par ce tronc et les branches qui s’y raccrochent, elle va prendre une forme, une couleur, une odeur. Elle va respirer et briller à sa façon. Un jour, elle prendra son envol…Comme la feuille, l’enfant a besoin de sécurité pour se développer. En sécurité, il va pouvoir expérimenter son univers, faire des choix, entrer en relation, s’épanouir sur les plans physique, mental, émotionnel et bien sûr énergétique. Parfois, l’enfant ne se sent pas en sécurité pour diverses raisons propres à son histoire personnelle. Il ne s’agit pas de blâmer le(s) parent(s) ou même l’enfant, il ne s’agit pas de culpabilité, de faute ou de manquement. Il s’agit d’un stress vécu, qui est présent et qui empêche l’enfant de s’épanouir pleinement sur ces différents plans. En tant qu’adulte, notre rôle est d’aimer, d’écouter, de soutenir, d’aider l’enfant à grandir. Lorsque le stress vécu est trop important, il encombrera sa vie de tous les jours. Nous pouvons agir et lui donner des moyens pour vivre mieux, avec plus de sérénité, d’équilibre et lui permettre d’accéder à tout son potentiel. Comment ? Par le mouvement !Par une technique ludique, facile, fonctionnelle nommée le BRAIN GYM, issue de la kinésiologie.

Back to basis : Tout commence par le mouvement.

Dès son plus jeune âge, l’enfant apprend à se déplacer : d’avant en arrière, de haut en bas, de droite à gauche et vice versa. La méthode Brain gym regroupe ces mouvements dans trois dimensions de l’espace : Avant/arrière, soit la position que nous nommons Le lézard : dimension de la focalisation. Haut/bas, soit la position que nous nommons Le suricate : dimension du centrage. Droite/gauche, soit la position que nous nommons L’ours : dimension de la latéralité.

Ces trois dimensions de l’espace sont reliées à notre monde mental, nos capacités, la façon dont nous pensons, nous nous organisons et nous agissons.

1. Le lézard

Quelques mois après sa naissance, le bébé apprend à ramper, il parcourt l’espace d’avant en arrière, d’arrière en avant, essaye d’attraper les objets qui l’entoure.

Ce mouvement lui permet d’activer la dimension de la focalisation, reliée au sentiment de sécurité, à la possibilité de pouvoir appréhender les choses, de trouver un juste équilibre entre sa capacité à aller vers son objectif (j’avance) tout en étant capable de ne pas foncer dessus (je me retiens). Cette dimension permet à l’enfant d’aboutir à une bonne compréhension des choses.

2. Le suricate

Ensuite, le bébé va s’agripper aux tables, au canapé, à tout ce qui se trouve en hauteur pour tenter de se relever ou de se rabaisser. Il fera un mouvement de bas en haut et de haut en bas.

Ce mouvement lui permet d’activer la dimension du centrage, reliée à un bon équilibre entre l’esprit et le corps, le bas du corps procure de la stabilité pour arriver à agir et le haut du corps pour réfléchir. Cette dimension permet à l’enfant d’apprendre à s’organiser suite à un équilibre entre son raisonnement et ses émotions, l’action et la réflexion.

3. L’ours

Ensuite, le jeune enfant va se déplacer de droite à gauche, de gauche à droite, tel un petit ourson éveillé. Ce mouvement lui permet d’activer la dimension de la latéralité, reliée à l’expression de soi. En équilibre, cette dimension lui permettra de penser, de traiter les informations et de parvenir à les communiquer.

Quel est le lien entre ces animaux, le mouvement et le stress ?

Lorsqu’une de ces dimensions est en déséquilibre, c’est-à-dire qu’elle n’a pas été expérimentée suffisamment – voir pas du tout, ou qu’elle a été expérimentée mais qu’un stress s’est produit durant cette phase du développement, l’enfant ne parviendra pas à développer tout son potentiel quant à ses capacités de compréhension, d’organisation et de communication. Pour l’aider à (ré-)activer les zones neuronales mises de côté lors du vécu du stress, le Brain gym propose d’effectuer et de pratiquer des mouvements. Ces mouvements vont agir sur le corps (les muscles) et sur le cerveau (nouvelles connexions neuronales qui s’établissent).

« Lorsque nous bougeons, nous faisons bouger nos neurones ! »

Pour plus d’information, n’hésitez pas à me contacter (c.deplaen@gmail.com) et/ou à vous rendre sur le site www.braingymbelgium.

Sources : – Paul Landon, Brain Gym, l’équilibre au quotidien, Edition CFPA,2011- Paul Landon, Brain Gym, Organisation Optimale, Edition CFPA, 2009- Francine Dries, Brain Gym Bouger pour apprendre, Hachette, 2017

Le 12 novembre 2018.